syndicat-auto-entrepreneur

Qu’est ce qu’un syndicat auto entrepreneur?

Pour un auto entrepreneur, savoir qu’il existe un syndicat pour ce statut est un indispensable. Effectivement, dans les autres professions, c’est cette association qui est chargée de défendre les intérêts du métier, de le promouvoir et d’accomplir d’autres actions en vue de son développement. Depuis peu, les auto entrepreneurs disposent aussi d’un syndicat qui leur est dédié. Découvrez ici ce que c’est que ce syndicat, quelles sont ses missions et toutes les associations qui ont un rapport avec lui.

Définition

Le Syndicat auto entrepreneur est une association à but non lucratif composé d’auto entrepreneurs désireux de faire évoluer ce statut. Il est représenté par différentes organisations regroupant un grand nombre de travailleurs indépendants. Elle naît grâce à la volonté d’une personne de défendre les intérêts des auto entrepreneurs.
Ce syndicat dispose d’une instance dirigeante et de membres en tous genres. Ceux-ci apportent constamment des idées et proposent des actions à mener pour valoriser et faire évoluer le statut de travailleur indépendant.
Ce sont effectivement quelques exemples de missions que cette association s’est donnée pour objectif de remplir. Il en existe bien d’autres.

Leurs missions

Dès la création du syndicat auto entrepreneur, il est essentiel de définir ses missions avec précision. Il s’agit, dans un premier temps, de fournir aux auto entrepreneurs toutes les informations dont ils ont besoin pour tirer le meilleur parti de leur statut.
Ainsi, le syndicat se charge d’informer ces travailleurs des tenants et aboutissants de ce statut. Il partage aussi toutes les informations susceptibles d’apporter des changements ou une évolution quelconque dans leur milieu professionnel. Il apporte aussi son aide aux travailleurs indépendants en les aidant à avoir de bons rapports avec l’administration de leur pays.
Le syndicat travaille avec d’autres partenaires pour mettre en place et trouver des services et prestations adaptés au statut d’auto entrepreneur. Ce sont, entre autres, des services de facturation, des contrats d’assurance avantageux et des collaborations avec les banques. L’association entend ainsi faire en sorte que les auto entrepreneur puissent aussi souscrire à une assurance qui leur correspond par exemple.
La mission globale est de faire avancer le statut d’auto entrepreneur pour le rendre encore plus avantageux et plus solide. Le syndicat recueille donc les difficultés des travailleurs afin d’y trouver des solutions qui seront profitables à tous les détenteurs du statut. Il monte au créneau pour faire part de ce qui ne va pas et se fait le porte-parole de tous ceux qui souscrivent à ce régime.

La Fédération nationale des AE

La Fédération nationale des AE est aussi une association à but non lucratif. Elle a été créée en 2009 par Grégoire Leclercq et se compose de plus de 70 000 auto entrepreneur. Grâce à ses nombreux membres, elle constitue justement un syndicat auto entrepreneur. Cette responsabilité, elle l’assume depuis sa création à travers les actions qu’elle mène constamment.
La Fédération nationale des AE et micro-entrepreneurs veille à informer toutes les personnes intéressées par le statut d’auto entrepreneur de la démarche à suivre pour en bénéficier. Elle diffuse également toutes les informations ayant rapport de près ou de loin à ce régime. Elle répond à toutes les questions des travailleurs indépendants et se fait leur voix auprès de l’administration et de la presse.
Elle s’oppose à des propositions de loi, défend les intérêts des auto entrepreneurs, mène des études et publie des rapports et des livres. Elle répond aux provocations et organise différents évènements en rapport avec le statut. Pour elle, l’objectif à atteindre est de créer un statut favorisant des conditions de travail optimales afin qu’ils s’épanouissent professionnellement.

L’Union des AE

L’Union des AE est, tout comme la fédération, une association dont le but n’est pas lucratif. Elle a aussi vu le jour en 2009, mais cette fois, grâce à François Hurel qui se bat pour la cause des auto entrepreneur depuis les années 1990. C’est d’ailleurs son travail qui a permis la création du statut d’auto entrepreneur.
Les missions de l’Union sont diverses et variées. Elles concernent l’information, la défense, la mise en place de mesures et services, la défense et la représentation des travailleurs indépendants. Son objectif est de tout faire pour que les travailleurs ayant le régime d’indépendant puissent avoir les mêmes avantages que ceux des autres régimes.
Elle organise pour cela des séances d’informations, des réunions et bien d’autres évènements encore. A ce jour, cette association compte près de 80 000 auto entrepreneurs et ne cesse d’en accueillir d’autres. Vous pouvez rejoindre l’association en créant votre statut d’auto entrepreneur dès maintenant.

Comment créer son statut ?

Pour créer son statut auto entrepreneur, il faut impérativement faire une déclaration d’activité. Cette étape se fait en ligne en remplissant un formulaire PO auto entrepreneur. Ce dernier doit fournir des informations sur les activités exercées par le micro-entrepreneur, la domiciliation de ses activités ainsi que ses informations civiles.
A cette étape, le travailleur indépendant doit aussi choisir une option en ce qui concerne les cotisations. Il doit également opter pour un régime d’imposition avantageux pour lui. Toutes ces démarches sont à mener en ligne sur le site du Centre de Formalité des Entreprises CFE qui intervient dans son domaine d’activité.
Effectivement, pour un commerçant, le CFE est la Chambre de Commerce et de l’Industrie CCI. Pour un artisan par contre, c’est la Chambre de Métiers et de l’Artisanat qui est habilitée à recevoir le formulaire et les pièces associées. Les professions libérales et les agents commerciaux ont également leur CFE.
En plus du remplissage du formulaire PO, le micro-entrepreneur doit envoyer un scan d’une de ses pièces d’identité. Une déclaration de non condamnation et un justificatif de domicile sont aussi nécessaires. En fonction des activités, d’autres documents peuvent s’ajouter. Ce sont notamment :
Une attestation de stage de préparation à l’installation dans l’artisanat, mais elle n’est plus obligatoire depuis 2019,
Un diplôme ou une pièce justificative équivalente pour les professions réglementées.
La déclaration d’activité faite, le travailleur indépendant reçoit son numéro Siret, un code APE, des documents en rapport avec ses formalités fiscales. A cela s’ajoute un K-Bis s’il est commerçant ou artisan. Bien sûr, il doit être enregistré au Registre du Commerce et des Sociétés pour l’obtenir et l’inscription est obligatoire.
Dès lors qu’il obtient tous ces documents, il est officiellement auto entrepreneur et il peut profiter pleinement des avantages de ce statut.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *